mercredi 7 janvier 2015

Les Rivières Pourpres de Jean-Christophe Grangé







Synopsis:

Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ? Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.


Mon avis:



J'ai eu beaucoup de mal au début entrée dans l'histoire, je n'avais pas envie de continuer mais j'ai bien été encouragé pour poursuivre un peu plus et au final pour finir ce livre.
IL m'a fallu arriver à la seconde partie avec lieutenant Karim Abdouf pour que les rivières pourpres m'intéresse arrivée à cette profanation de tombes d'enfants.
La partie de départ avec le cadavre mutilé dont s'occupe le commissaire Niémans m'intéressait pas vraiment car j'avais déjà devinée qui était le tueur en tout cas en partie.
je me doutais aussi que les deux enquêtes allez finir part se rejoindre. J'imaginais aussi que l'enfant dont la tombe fut profanée puisse être vivant, encore une fois mon instinct avait raison.
La fin cependant de l'histoire je la découvrais au fur et à mesure, savoir pourquoi il cherche à remonter les rivières pourpres je ne vous en dévoilerai pas sur le contenu car cela fait quand même un peu le "Lebensborn" des Allemands en période "Nazi" dans une conspiration sur plusieurs générations. pour des étudiants dans une cité un peu “sectaire” refermée sur elle-même. je trouve cependant la fin un peu brutale. Mais lorsqu'on mélange les deux intrigues policières l'enquête est vraiment bien réalisé.
Côté décor l'auteur nous envoie dans un lieu montagneux de Grenoble qui offre un théâtre surprenant et des mises en scène cadavérique qui font un peu peur.
Des personnages au combien surprenant avec un jeune Lieutenant ex-voyou qui cherche à faire ces preuve et souhaite avoir “son enquête”, un “beur” qui au premier abord ne donne pas l’impression d’être inspecteur de police avec ces Rastas sur la tête..  Un commissaire de longue date qui marque dans l’histoire de la police pas ces excès de violence et ces bavures.
Au final je ne regrette pas d'avoir lu ce livre même si il m'a fallu un peu de temps il me reste à présent avoir le film, voir si les personnages sont tels que je les avais imagine.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire